Aiguillages, service pastoral auprès des personnes handicapées .

Aiguillages, service pastoral auprès des personnes handicapées .


« Tant que les personnes handicapées n’auront pas acquis leur pleine dimension, au point de pouvoir y porter, quel que soit leur handicap, des signes actuels de résurrection ou de réconciliation, quelque chose manquera pour signifier dans le monde la mission du Christ sauveur de l’Humanité »1

Pastorale de la personne handicapée, de la personne porteuse de handicap, de la personne en situation de handicap,… Chaque dénomination est acceptable pourvu qu’elle invite à poser un regard sur la PERSONNE, un regard de foi sur ce qu’elle est vraiment, sur le baptisé qu’elle est au sein de l’Église.

Dans l’Église de France, la pastorale de la personne handicapée se donne 3 priorités : l’inclusion, le compagnonnage et le partenariat et transversalité.

Inclusion : une société/Église inclusive est une société/Église qui accepte de se laisser transformer en faisant l’accueil de tous ses membres un leitmotiv. Elle avance convaincue que les aménagements pour permettre la participation de chacun seront bénéfiques au tout.

Le pape François nous le rappelle : « L’objectif, ce n’est pas seulement de prendre soin d’elles (les personnes handicapées), mais qu’elles participent « activement à la communauté civile et ecclésiale. » (Fratelli Tutti n°98).

Ainsi cette dynamique se retrouve dans le compagnonnage. Il nous faut dépasser le « être avec » pour un « faire avec ». Mettre en exergue les compétences de la personne handicapée plutôt que de se focaliser sur la déficience c’est lui permettre de devenir pleinement auteur de sa vie, de faire ses propres choix, de réaliser ses propres projets. C’est aussi lui permettre de construire sa relation à Dieu, de s’édifier. Nous, chrétiens, sommes appelés à cheminer ensemble, à nous laisser bousculer par l’autre, par la différence, par la personne en situation de handicap. La rencontre ne laisse pas indifférent et nous exhorte à dépasser nos peurs. Ce mouvement est salutaire pour chacun, pour l’Eglise ainsi sollicitée à se réinventer.

Partenariat et transversalité visent « le souci des besoins et attentes de toute personne handicapée pour qu’elle trouve sa juste place dans les propositions et projets communs et y exerce ses talents » (extrait des Repères pour une pastorale des personnes handicapées, 1er oct.2019).

Le « prendre soin » de la personne handicapée s’appuie sur une mise en relation d’expertises : celles des familles, des éducateurs, des professionnels psycho-médico-sociaux, d’organismes et associations diverses. L’entre-nous éclate alors au profit de collaborations nouvelles nous projetant dans une saine et prolifique curiosité, nous entraînant dans une féconde créativité.

Qu’en pensez-vous ? Oui, qu’en pensez-vous ?

Aujourd’hui s’ouvre devant chacun d’entre nous une mise en perspective inédite, comme une remise en route. La pastorale de la PH aimerait cheminer avec vous en réponse à l’interpellation faite à l’Église par la personne en situation de handicap. Sans aucun doute, les thèmes déployés ici seront autant d’appuis pour mener la mission de notre secteur.

A votre tour, en équipe, au sein de vos unités pastorales, vous pouvez prendre le temps de vous interroger : « comment penser une place pour chacun au sein de notre communauté ecclésiale ? »

Donnons au « faire Église ensemble » ses lettres de noblesse. Partageons, réfléchissons, agissons,… ensemble, avec la personne handicapée.

Alors, pour partager, réfléchir, agir, … vous pouvez toujours contacter Aiguillages, service pastoral auprès des personnes handicapées au 0478/79 11 05 ou à l’adresse natacha.coosemans@evechetournai.be

Natacha Coosemans


1 Faire Eglise avec les personnes handicapées, document de la Sous-Commission interdiocésaine des personnes handicapées de la C.I.P.S.A.S., avril 2003.